skip to Main Content

Découverte d’un trésor dans les Îles de la Tortue

Une expédition découvre pour la première fois des herbiers marins en Sierra Leone.

Y a-t-il des herbiers marins en Sierra Leone? Jusqu’à la semaine dernière, aucune réponse n’existait à cette question. Bien que l’Atlas mondial des herbiers marins de 2003 indique que Halodule wrightii est présent en Sierra Leone, aucun détail ou lieu spécifique n’était connu.

Le projet ResilienSEA, financé par la Fondation MAVA, vise à élargir les connaissances sur les herbiers marins dans sept pays d’Afrique de l’Ouest, dont la Sierra Leone, et à protéger ces écosystèmes essentiels. Dans le cadre du projet, chaque pays cartographiera et surveillera les herbiers marins sur un site pilote national.

En Sierra Leone, les précédentes missions de recherche d’herbiers marins avaient échoué, si bien qu’au début du mois, une équipe s’est lancée dans une nouvelle mission exploratoire. L’équipe, avec des représentants de l’Agence de protection de l’environnement de la Sierra Leone (EPA) et de GRID-Arendal, s’est rendue aux Îles de la Tortue, à l’ouest de l’Île de Sherbro, dans la province sud de la Sierra Leone. Ce petit groupe de huit îles s’étend sur une zone d’eaux peu profondes et de bancs de sable blanc. La zone est relativement éloignée et difficile d’accès, mais une analyse SIG de haut niveau et les connaissances des pêcheurs locaux ont indiqué qu’elle pourrait être un endroit idéal pour les herbiers marins.

Après une nuitée sur l’Île Banana au nord, l’équipe s’est lentement dirigée vers les îles de la Tortue. Quelques minutes à peine après son arrivée près de l’Île de Moot, l’une des plus grandes des Îles de la Tortue, Melissa Ndure de l’EPA s’est écriée avec enthousiasme qu’elle pensait avoir trouvé des herbiers marins dans les eaux peu profondes. Maria Potouroglou, scientifique experte des herbiers marins chez GRID-Arendal, a rapidement confirmé la découverte.

La présence d’une grande et saine prairie d’Halodule wrightii s’avérait finalement être confirmée en Sierra Leone

En plus d’une population saine d’herbiers marins, l’équipe a constaté que la prairie était riche en différents types d’organismes, dont les raies pastenagues, les étoiles de mer et de nombreuses espèces de poissons juvéniles, qui utilisent tous cet habitat comme nourriture ou protection.

Ramatu Massaquoi, directrice adjointe de l’EPA, a partagé son enthousiasme: « C’est une grande joie d’apprendre de mon équipe que des herbiers marins sains ont été découverts avec beaucoup de biodiversité et d’attributs associés ».

La coordonnatrice du projet, Tanya Bryan de GRID-Arendal, a également été ravie d’apprendre cette découverte: « Nous sommes très heureux de la découverte de l’équipe, et que la présence d’herbiers marins soit enfin confirmée en Sierra Leone. Nous sommes impatients de travailler avec l’EPA et les autres partenaires de l’équipe nationale sur la façon dont nous pouvons soutenir les efforts futurs de cartographie et de monitoring de ces herbiers marins, et éventuellement d’autres encore à découvrir! »

Début 2020, l’EPA dirigera d’autres travaux sur ce site pilote, y compris la cartographie de l’étendue totale de ces prairies sous-marines, et la tenue de réunions d’engagements de parties prenantes sur les meilleurs moyens de les surveiller et de les préserver.

Photographies: Rob Barnes (GRID-Arendal)

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top